Livraison offerte à partir 45€ d'achat en France métropolitaine et UE

Pourquoi privilégier l'Agriculture biologique ?


AU-DELÀ DES PRATIQUES, LE BIOLOGIQUE EST UN MODÈLE SOCIÉTAL.

Le biologique préserve la santé des agriculteurs et des consommateurs

La philosophie des producteurs et des marques engagés dans l’agriculture biologique est de mettre en œuvre une production qui intègre le respect des écosystèmes, des animaux et des agriculteurs dans l’équation finale. Faire le choix du «bio’», c’est ainsi privilégier un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres naturels, de l’Homme (agriculteur et consommateur) et de sa santé 

Contribuer à sauver des vies

Agriculture biologique emploi AB maté bio yerba mate travail main jeunesse

En préférant consommer des aliments issus de l’agriculture biologique, il est possible, à son échelle individuelle, de sauver des vies. Une affirmation qui peut en étonner plus d’un, et pourtant celle-ci est véridique. Les agriculteurs sont les premiers dommages collatéraux de l’agriculture conventionnelle, qui rend possible l’utilisation de produits chimiques dans les cultures. Ces derniers s’exposent à des risques accrus de cancers ou de maladies cardiaques et neurologiques. Double peine, ce sont les agriculteurs les plus pauvres qui en subissent davantage les conséquences et ce, par un manque d’informations, de recommandations et de matériel de protection.

Préserver la fragilité de la terre

Terre mains plante agriculture bio biologique

La santé des agriculteurs est en danger, comme celle des sols. Les données et les prévisions sont alarmantes. À l’échelle de l’Union Européenne, 17% de sa surface est déjà concernée par l’érosion et la mort des sols. Sur le territoire national, c’est 20% des terres qui viendra à se transformer en désert à la fin du siècle si aucune mesure réelle n’est mise en œuvre. Faire le choix de l’agriculture biologique c’est faire le choix de sols plus fertiles, stables et ainsi davantage résistants contre les aléas climatiques à l’origine de l’érosion. 

Les OGM sont bannis du modèle «agriculture biologique» : lobby des semences, au revoir. 

Lobby agriculture bio biologique AB tracteur champs

Depuis de nombreuses années, un débat a été ouvert sur l’utilisation des OGM – «organismes génétiquement modifiés».  Aujourd’hui, les agriculteurs et consommateurs sont pris au piège d’un cercle vicieux sans fin. Le schéma est le suivant : au lieu d’améliorer les rendements des plantes et leur résistance, les puissants lobbies de semences les modifient afin de pouvoir déverser dessus encore plus de produits chimiques, qui sont évidemment eux-mêmes commercialisés en parallèle. La politique de la puissance et de l’argent à son apogée. 

Des aliments dotés de réelles qualités nutritionnelles : adieu définitif et sans regret à la confiture de framboise, sans framboise ; le miel sans aucune trace de miel et l’huile de palme à toutes les sauces. 

Fraise strawberry agriculture biologique bio maté yerba mate

Les aliments cultivés en agriculture biologique sont plus riches en minéraux, antioxydants, acides gras oméga 3 et vitamines. Les additifs alimentaires ont une place restrictive, limités par des normes, dans les produits estampillés «AB» (50 autorisés sur les 600 répertoriés) : aucun arôme artificiel, pas d’édulcorants ou d’exhausteurs de goûts. De fait, consommer «bio» permettrait de diminuer les risques de contracter des maladies chroniques, cardiovasculaires ou neurologiques. 

Le choix d’une agriculture biologique, c’est le choix d’une interdiction stricte de toutes les sortes d’OGM. Les agriculteurs conservent une forme certaine d’indépendance, et ne viennent pas à s’endetter auprès des vendeurs de semences. Que Monsanto et ses collègues n’entrent pas dans cette équation !

Un mode de production agricole contrôlé

Les scandales sanitaires de ces dernières années sont ancrés dans les mémoires collectives…des lasagnes saveur «viande de cheval» des pays de l’Est ; le lait infantile contaminé à la salmonelle... Aussi, le biologique se présente comme étant la solution pour faire face à ces défis : c’est le mode de production agricole le plus contrôlé en France.  Le mécanisme est simple : des organismes certificateurs indépendants, sous la surveillance de l’État, effectuent un contrôle au moins une fois par an des fermes, transformateurs et distributeurs.

Favoriser la création d’emplois par la consommation du «bio»

Cultiver en agriculture biologique demande en moyenne 40% à 60% de main d’œuvre supplémentaire. Les pesticides permettent de gagner du temps et, de ce fait, en bio les tâches manuelles sont plus nombreuses. Le schéma capitaliste «temps = argent» prend alors tout son sens. En effet, cet engagement a pour principale répercussion, une hausse des prix par rapport à des produits issus de l’agriculture conventionnelle. Toutefois, consommer «AB» permet aux agriculteurs de conserver leur indépendance, non-enchaînés aux puissants lobbies de la semence, et permet aux campagnes d’être toujours dynamiques.  

 Abricot biologique bio marché market

Toutes les marques, y compris celles de la grande distribution l’ont compris : le biologique est à la mode. Réelle conviction ou volonté de couvrir l’ensemble du marché, l’agriculture biologique est synonyme d’avenir puisqu’elle propose aux consommateurs des produits respectueux de l’Homme et de son environnement. 

Une tasse de métaux lourds et pesticides, s’il vous plaît !

Le monde des plantes à infuser (thé, infusion et mate) est au cœur de ce défi. Alors, ces boissons ne seraient-elles qu’un cocktail de pesticides ? La question est ouverte. En 2017, 60 millions de Consommateurs a démontré que certaines marques affichaient jusqu’à 17 pesticides différents dans un seul sachet

Le problème est en effet majeur car le thé, ou encore le mate, sont des boissons qui se consomment par une infusion directe. Le produit fini n’est ni lavé, ni épluché. Les feuilles de thé et de mate vont directement à la tasse : les résidus des pesticides également. Les douces fragrances de thym et citron seraient ainsi mélangées aux molécules chimiques de résidus de pesticides. Le célèbre tea time devient une séance d’empoissonnement individuelle ou collective.

Pour éviter d’ingérer dès le matin, avec sa tartine de confiture aux fraises (100% AB bien entendu), sa dose de produits phytosanitaires et limiter l’exposition, deux solutions complémentaires s’offrent aux consommateurs : privilégier les plantes à infuser issues de l’agriculture biologique et changer régulièrement de marque. La certification biologique permet de garantir au maximum l’absence de pesticides. Ainsi, choisir un mate, un thé ou une infusion qui sera garanti biologique, c’est s’assurer de consommer une boisson saine, et d’être respectueux de l’environnement. 

logo AB agriculture biologique

Les critères pour choisir son mate : 

  • certification biologique pour garantir au maximum l’absence de pesticides ;
  • l’olfactif : le mate doit sentir bon ;
  • le mate doit être agréable à regarder. On doit pouvoir distinguer les différentes plantes lorsqu’il s’agit d’un mélange. Cela garantit sa fraîcheur.

2 commentaires


  • Chris

    Consommer bio c’est le privilège d’apprécier le luxe que nous offre la nature.


  • Elisabeth A

    Article très intéressant. Consommer moins et de meilleure qualité est une bonne chose. La santé est précieuse.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés